Créée à Saint-Denis en 2017, l’association Un ring pour toutes développe l’autonomie

et l’auto-défense des femmes et des enfants à travers la pratique de la boxe.

Au Chapiteau Raj’ganawak, Audrey Chenu, fondatrice de l’association, dispense des cours de boxe tous les lundis.

Historiquement, le sport est une activité plutôt masculine. Les statistiques montrent que les femmes pratiquent moins d’activités physiques que les hommes, d’autant plus dans le domaine de la boxe, un des derniers bastions masculins. Les garçons en effet, pratiquent davantage de sport que les filles, jouissent d’une plus grande liberté de mouvement et d’action, apprennent à se battre tandis que les filles apprennent très tôt à s’effacer, à demeurer en retrait, à avoir peur et à fuir.

La pratique de la boxe permet de transformer ce qui limite l’estime de soi et la capacité d’agir (l’expérience personnelle, l’éducation, les stéréotypes de la féminité, le sexisme ordinaire) en vue de ton épanouissement mais aussi de s’affirmer physiquement et mentalement puisqu’elle développe à la fois la coordination physique, la motricité fine, la confiance en soi, la concentration, la détermination…

La boxe permet de prendre conscience de sa force (mentale et physique), d’être plus à l’aise dans son corps, d’apprendre à écouter ses émotions. D’autant plus qu’entre nous, nous pouvons prendre des risques mesurés, écouter notre corps et aller à notre rythme sans se comparer aux hommes.A travers une pratique attentive aux limites de chacun.e, nous progressons ensemble, c’est le sens de notre démarche féministe.

Nous organisons des événements culturels concernant la place des femmes dans les sports de combat et dans la société : projections, démonstrations, discussions afin d’amener ce débat sur la place publique et de lutter contre les stéréotypes de genre.

Fondatrice : Audrey CHENU, autrice de Girlfight.

Educatrice sportive de boxe : BPJEPS 2019

+ Formation handi-boxe, boxe carcérale et Prescri’boxe.